Plourde

Précisions chez René Plourde

Grâce à la collaboration de Mario Plourde d’Albanel, j’apporte quelques précisions à l’ascendance de René Plourde.

À la famille de
Georgette Charrault (no 7), l’acte de son deuxième mariage avec Pierre Pelourde, ainsi que de la naissance d’un enfant Vincent Pelourde b 1651.

Aussi, M. Plourde a ciblé le baptême d’Antoine Pelourde f François & Jeanne Jousselin
, à peine 5 mois après celui de sa soeur Philippe déjà signalé.

Correction (10h53 18.4.2011): Après avoir examiner de plus près le document et son contexte, nous comprenons que Antoine est baptisé le mardi 15 juillet 1608, malgré l’entête de page indiquant 1605. Le verso (p 58 au Rg numérisé des AD86) indique la même année (1605) en entête, mais corrigé à 1608. Cette page affiche aussi un acte d’août dont l’année est citée textuellement «mil six cent et huit».

FB_pelourde-antonie1605

René Pelourde dit Plourde

Malgré le baptême et quelques générations patrilinéaires indiqués au Fichier origines selon les recherches de Jean-Marie Germe (AGCF), le cas de René Plourde n’a pas fait l’objet d’aucune étude généalogique plus poussé, dans l’état civil de son patelin d’origine. Aujourd’hui, on se transporte donc dans la Vienne.
La famille Pelourde semble travailler des terres autour de Traversais à Saint-Cyr. Mais jusqu’en 1680, donc 15 ans avant le départ de René, les villages de Saint-Cyr et de Traversais font partie de la paroisse de Dissay. Dans branche parente (descendants de Simon, frère de l’aïeul de RenéWinking, François Pelourde est fermier à Velaudon, une ferme à mi chemin entre Traversais et Vouneuil-sur-Vienne.

Le tableau d’ascendance est en place depuis plusieurs jours sur la
Page principale de René Plourde. Aujourd’hui, j’ai résolu mon dilemme de présentation. Je ne souhaite pas m’étendre chez les collatéraux autant qu’avec les LeCouffe, tout en présentant les familles (immédiates) complètes des ancêtres en question. Mon nouveau modèle de fiche de famille ce matin dessiné cadre parfaitement dans cette plateforme  de composition, tout en présentant les informations de façon claire et précise.  J’espère que vous apprécierez.
J’ai donc complété la première famille (celle des parents de RenéWinking. La numérotation des époux correspond au numéro Sosa du migrant. Et je poursuit avec la suite.

Après, je reviendrai compléter ces même fiches de famille pour boucler l’étude de Charles POIDVIN.

blog_20101220
TOP