Histoire et ascendance de la famille de
Simon Savart et de Marie Hordouille,
souche des Savard canadiens


Les recherches sont toujours en cours au sujet de cette famille de Montreuil qui émigra plus tard en Nouvelle France. Ce site a été constitué pour tenir les lecteurs au courant des dernières trouvailles pour le bénéfice des descendants de ce côté-ci de l'Atlantique, mais demeure à l'état brouillon en attendant la publication ultime sur papier. Naviguez vers les Nouveautés pour voir les dernières modifications et ajouts.

Mes voyages de recherche en France de 2005 et 2006 portent fruit, et une masse considérable de documents restent à consulter. Vous trouverez déjà sur ce site beaucoup d'informations inédites sur l'ascendance des Savard en France. S.V.P. respectez les droits d'auteurs et me citez et liez le site si vous publiez votre arbre sur le web avec des infos ici présentées.

Il y a encore énormément de recherches à faire au niveau des actes notariés du XVe au XVIIe siècle, des fonds terriers et judiciaire des seigneuries. Les registres paroissiaux - rédigés en latin - de Montreuil (93) a partir de 1536 à 1608 ont été étudiés, reste à continuer jusqu'en 1660. En fait, je travaille à reconstruire tout la population de Montreuil du XVe à 1660 siècle pour y voir plus clair. Pour Montreuil après 1660, il faut se référé à l’ouvrage de

Accès au tableau d'ascendance:

La maison Savart-Hordouille

Et l'Église Saint-Pierre Saint-Paul de Montreuil sur le bois de Vincennes en arrière plan.
(Activez la photo pour explorer avec GoogleStreetView(photo), dans une nouvelle fenêtre)

D'abord louée de la veuve Marie Deste par Simon Savart en 1617 pour y loger avec sa nouvelle épouse Marguerite Vinante.
La maison est ensuite achetée par Quentin Hordouille et Marie Souhaitté pour y loger la sienne (elle contiendra jusqu'à 3 logis et une boutique), avant que ce couple ne meurt subitement en 1625. Marie Hordouille et son frère Eustache en héritent chacun la moitié, elle sera donc louée jusqu'à leur majorité.
Le couple Savart-Vinante y demeure un certain temps jusqu'au décès de Marguerite Vinante, avant que Simon père ne se remarie et prennent possession de l’atelier de la veuve d’un autre charron, à La Pissotte près du château. D’autres enfants sont mis en tutelle, comme Laurent chez les pères du Chapitre Notre-Dame à Paris.
À sa majorité, Marie Hordouille touche sa moitéi de maison et s'y installe après avoir épousé Simon Savart. Lorsque Eustache Hordoulle atteint sa majorité, Simon et Marie lui rachètent sa moitié.
Le cousin de Simon, Jean Garce de Noisy-le-Sec et fils de Guillemette Vinante (soeur Marguerite), viendra louer un logis et la boutique dans la maison, pour son cabinet de barbier chirurgien. C'est lui qui sera chargé de tenir la maison, louer les logis, quand Marie Hordouille quitte rejoindre Simon à Québec (Trois-Rivières croit-elle) avec ses quatre plus jeunes enfants en 1663.
On ignore quand et comment, à partir de Québec, Marie Hordouille a vendu la maison natale d'elle et de son mari.


Vue du château avec une charette vers 1660

Stacks Image 6355
Cette estampe d'Israël Silvestre (vers 1660-1670) montre la Tour de Paris de l'enceinte du château et le donjon en arrière-plan au centre, puis la Sainte Chapelle à gauche, vus de La Pissotte. Remarquez le cheval qui tire une charette en avant-plan.

Atteignez les fiches des familles et leurs biographies à partir du tableau d’ascendance si haut.
TOP