M: 3.6.1548 Montreuil

(il est veuf)
38. Robert REGNARD
(p.ê. Girard & ...)

laboureur de vignes, meunier à Montreuil
  • v 1512 n Montreuil.
  • av 1583 d Montreuil.

M: 11.11.1539 Montreuil

(célibataires)
Jeanne LeSUR
(Jean & Marion SYON)
  • ca 1532 b Montreuil.
39. Jeanne LESIER
(Guillaume & Marguerite GEOFFRION)
  • v 1523 n Montreuil.
Enfants Regnard-Lesur
  1. CLAUDE REGNARD b 15 juin 1542 Montreuil (pr Jean Syon, Jean Le Sur et mr Marguerite Chevreau); m app. 1573 Claude (fille) Hervy; laboureur Montreuil.
  2. Pétronille dite PERRETTE REGNARD b 21 novembre 1544 Montreuil (pr Thomas Syon, mr Perrette Syon et Annette Mention) m 24.1.1563 ANTOINE THÉVENET .

Enfants Regnard-Lesier
  1. CLAUDE (fille) REGNARD b 7 février 1554 Montreuil (pr Nicolas Seureau(?), mr Claudia Roux et Barbe Regnard).
  2. DENISE REGNARD n 20 septembre 1556 Montreuil (pr Girard Regnard, mr Denise de Vitry et Philippa Houdard); m 18 mai 1583 Montreuil Pierre Saultdubois de Villemomble.
  3. JEAN REGNARD n 9 juin 1562 à midi, Montreuil (pr Jean Lesier et Claude Vitry, mr Jacqueline de Vitry); probablement décédé jeune.
  4. PIERRE REGNARD n vers 1564 Montreuil; s 13 novembre 1584 Montreuil, 20 ans.
  5. JEAN REGNARD n 13 février 1569 à midi, Montreuil (pr Jean Debre et Antoine Thevenet et Marie Pesnon).
Robert Regnard (ou Renard) et Jeanne LeSur naissent vers 1515-1520, donc bien avant le début des registres de Montreuil.

Aucun document consulté ne précise la filiation de Jeanne LeSur. Mais selon l'étude en cours, tout semble indiquer qu'ellle est la fille de
Jean Lesur le jeune et Marie Syon.
- Jean Lesur père présumé de Jeanne est parrain à la naissance du deuxième enfant du couple en 1543 (une première naissance attendue du couple, selon la chronologie, reste introuvable).
- Sur les deux baptêmes connus, Jean Syon, Thomas Syon et Perrette Syon, parents présumés de Marie Syon, sont nommés.
- Le terrier de 1543 montre que Robert Regnard partage alors une pièce de terre avec la famille Syon, nom de la mère présumée de Jeanne Lesur. Les «mineurs Jean Lesur» sont aussi confronts de cette pièce, étant les frères et soeurs présumés de Jeanne Lesur. Comme on parle de mineur, la mention «en la pièce de Jean Syon» se réfère probablement au tuteur des mineurs, un oncle de Jeanne Lesur.
Stacks Image 16483
Le mariage de Robert Regnard et Jeanne Le Sur est célébré le 11 novembre 1539  à Montreuil, selon la publication des bans du 28 octobre précédant (on n'enregistrait pas le mariage comme tel, mais plutôt les bans). Ils sont tous deux de Montreuil, et célibataires. Robert Regnard est laboureur de vignes à Montreuil, mais deviendra plus tard aussi meunier.
En 1543, Robert Regnard est cité aux déclarations du Terrier du fief Décanal à La Pissotte. Ce fief appartient au chapitre de Notre Dame de Paris. Les 15 perches et le demi quartiers de vignes qu'il dit appartenir sont introuvables au terrier antérieur de 1537. Comme confronts, on retrouve un frère, et les enfants mineurs de Jean LeSur. Le tout est «est en l'article de Jean Syon», soit l'oncle de Jeanne Lesur, qui semble par ce fait le tuteur des enfants mineurs Lesur.
-   15 perches vignes  La Croix Feudon (donne sur la Ruelle aux Musniers); prédécesseur incertain
-   0,5 quartier (12,5 perches) Perruchet; prédécesseur incertain, mais «en l'article de Jean Syon»
Stacks Image 16506
Jeanne Le Sur décède et est mise en terre le 23 janvier 1548 (n.st.):
Robert ne tarde pas à fonder un nouveau foyer. Robert Regnard épouse en deuxièmes noces Jeanne Laisier, fille de Guillaume Laisier et Marguerite Geoffrion, le 3 juin 1548 à Montreuil.
Stacks Image 16532
Par son mariage à Jeanne Laisier, Robert Regnard obtient en mariage des pièces de vignes de l'héritage de sa nouvelle femme, soit vers juin 1548. Robert et son beau-frère Pierre Thévenet se partagent les pièces déclarées par Roch Pesnon au Terrier du fief Décanal de 1543, tel qu'indiqué par les notes marginales. Pesnon et Thévenet (m Marie Laisier) obtiennent chacun la moitié de 10 perches de vignes aux Corvilliers, et d'un demi quartier à la Croix Feudon. Roch Pesnon est le deuxième mari de Marguerite Geoffrion, veuve de Guillaume Laisier.
Robert Regnard, laboureur de vignes de Montreuil, à cause de sa femme Jeanne Laisier, et Pierre Thévenet époux de Marie Laisier, soeur de Jeanne, passe chez un notaire parisien le 10 avril 1551, pour passer un Transport de rente envers Pierre Harpin, procureur au Châtelet de Paris. Ce titre de rente citée à la base Arno des Archives Nationales, n'a pas encore été reproduit examiné [Arno, Caran MC/Et/XXIII/007]. Jeanne et Marie Laisier sont les demi soeurs de Nicolas Laisier, qui lui est l'ancêtre de Marie Hordouille immigrante canadienne.
Stacks Image 16559
Le 21 février 1552 (n.st.), Robert Regnard est appelé avec les autres censitaires à déclarer ses héritages au Terrier du fief Décanal (plan). Ce registre marqué de l'année 1551 est en réalité commencé en 1552, car sous le calendrier julien, on comptait les années à partir de Pâques et non au jour de l'an. Robert déclare les héritages à cause de Jeanne Laisier sa femme, et comme tuteur des enfants mineurs de lui et de Perrette (sic, Jeanne) Lesur. Le rédacteur semble confond le prénom de la première femme de Robert avec celui de sa fille de ce mariage. C'est cette déclaration qui permet de confirmer la filiation de Robert avec sa fille Perrette, car postérieurement en marge, on y ajoute les successeurs des pièces, dont Antoine Thévenet futur gendre. Robert déclare les pièces suivante:
- 15 perches vignes à Ruelle aux Musniers, "Antoine Thévenet";
- demi quartier vignes Perruchet, "Antoine Thévenet";
- 6 perches vignes Croix Feudon/Fardon, "Philippe (...)";
- 2,5 perches Corvilliers.
Stacks Image 16572
Robert Regnard, laboureur et musnier (meunier), déclare à nouveau ses pièce au Terrier Décanal quatre ans plus tard, soit le vendredi 27 mars 1556 [AN/S/340/Rg1552]. Pourquoi et comment est-il devenu meunier? Difficile de déterminer car voilà la seule mention à cet effet connue pour l'instant. Ces nouvelles déclarations sont parfois nécessaires à la suite d'échange ou de vente de certaines pièces. Cette fois, on précise de quel communauté les pièces proviennent. Il tient les 15 perches à la Ruelle aux Musniers et le demi quartier au Perruchet, qui n'ont pas changé, au nom et comme tuteur des enfants de son premier mariage avec Jeanne LeSur. Pour l'héritage de lui et sa deuxième femme Jeanne Laisier, il semble depuis avoir procédé à une échange quelconque. Les six perches à la Croix Feudon sont augmentées à huit, les deux perches et demi aux Corvilliers ont disparus, puis Robert et sa femme ont obtenu six perches au Chavot. Il est fréquent de s'échanger entre co-héritiers des pièces morcelées, pour les regrouper pour des raisons pratiques évidentes. (Le moulin à vent ci-contre tiré d'un plan dessiné à la main du Montagrier sur les limites de Montreuil à Bagnolet, censive St-Lazare vers 1780. Une partie des Guillands à Montreuil est d'ailleurs appellé «Moulin avant»).
Recherches (reconstitution des familles de Montreuil 16e s.):
Denis J. Savard, octobre 2006-2008, 2015
TOP