M: vers 1500 Montreuil

122. Jacquet HERVY
(
Martin & ...)
laboureur à Montreuil
  • ca 1475 n Montreuil.
  • av 1537 d Montreuil.

Son fils Jean déclare 33 perches d'héritage du trépas de Martin Hervy son aïeul en 1556.

123. ___ PRÉAUX
(Pierre & Colette LEMAIRE)

On ne connaît pas son prénom, mais elle est connu pour l'héritage Préaux qu'elle apporte aux Hervy.
Enfants:
  1. MARTIN HERVY o app. 1502 Montreuil [Etienne Beuset tuteur de ses enfants mineurs tiennent aussi un tiers de la pièce déclarée en 1537] m épouse inconnue; décédé avant 1537.
  2. ___ HERVY o app. 1505 Montreuil; m JACQUES PÉPIN
  3. JEAN HERVY o app. 1518 Montreuil ; m1 Guillemette MARTIN m2 1554 Nicole/Colette MOLLET.
Jacques Hervy est difficile à cerner. Mais selon les terriers du Fief Décanal en 1537 et 1543, sa succession semble sous réserve partagée en trois partie, dont Jacques Pépin et Martin Hervy sont preneurs d'une tiers. Selon toutes indications, Jean Hervy tient l'autre, mais semble encore trop jeune pour la déclarer ses pièces. Il n'est cependant pas impossible que Jacques Pépin soit plutôt le beau-frère de Jacques Hervy, et tuteur de Jean, mais les déclarations du terriers indiquerait normalement ce fait.
Jacques dit Jacquet, les diminutifs sont courant à l'époque, serait né autour des années 1475 à Montreuil. Selon la déclaration de son fils Jean en 1556 (ci-dessous), il est le fils de Martin Hervy.
La femme de Jacquet semble aussi née vers la même date. Par la proche association de Jacquet Hervy avec Gillet Prévost (époux de Jeanne Préaux), et d'autres membres de la famille Préaux (dont Jacques), et par le fait que Jeanne Préaux elle-même est déclarée avoir six cohéritiers, on peut déduire avec assez d'assurance que la femme de Jacquet Hervy, N. Préaux, est la fille de Pierre Préaux le jeune.
Pendant les vendanges de 1491, Jacquet Hervy et Gilles Prévost sont mis en arrestation par les gardiens des vignes de Rosny. En fait, les deux compères se retrouve malgré eux au centre d’un procès que se livrent le seigneur Pierre Turquan ou Turquam soutenu par l’abbaye Saint-Antoine, contre l’abbaye Ste-Geneviève de Rosny qui réclame des droits anciens sur Montrereau [Pesier 1994, Connat 2011]. De passage sur les terres contestés avec des récoltes de vendanges, Jacques Hervy puis Gillet Prévost sont «pris de corps» par les gardes et mis dans les goêles (prisons) de Rosny comme de vulgaires criminels. Trois témoignages du 20 septembre 1491 décrivant l’arrestation figure dans les minutes des notaires Pichon tel que recensés dans les Minutes du XVe [nos 1202, 1203 & 1205]. Un premier, celui de Etienne Quentin laboureur de Rosny, a depuis été consulté [ANF/MC/Et/XIX/6]. Dans cette version, Jacquet Hervy n’est cité qu’en fin de témoignage, quant on indique que Jacquet Hervy, parmi ces « gens de Mr Turquam » doivent être transférés à Paris où se tiendra l’appel, puisque l’affaire dépasse la justice seigneuriale dans cette querelle où les seigneurs se contestent les droits. L’un des autres témoignages indique que les parties visées sont emprisonnés «injustement». Au sujet de cette affaire, le chercheur René Connat conclut: « En définitive et après cet incident, il y aura un accord financier (vraisemblablement en 1493, suivi en 1498 de la vente du droit de haute-justice de Montreuil à Villemomble). Après cette date, le domaine de Montreau relévera définitivement de l'abbaye Saint-Antoine avec tous les droits seigneuriaux. C'est pour cela que lors de la restructuration des justices seigneuriale au XVII ème siècle, Montreau sera baronnie et justice distincte de celle de Montreuil, laquelle dépendait de Villemomble» [Connat 14.5.2011].
Jacquet Hervy et son beau-frère Jacques Préaux, tous deux laboureurs de Montreuil, sont les sujets le 24 octobre 1492 d'un Bail pour un arpent en friche dans la seigneurie de Montereau à Montreuil par le Pierre Turquam [ANF/MC/Et/XIX/7]. Le seigneur Turquam désire remette en valeur les pièces tombées en friche. Les preneurs Hervy et Préaux ont un an pour défricher la pièce, sans quoi la pièce reviendra propriété du seigneur. Par déduction, il faut donc comprendre qu’une fois défriché, les tenanciers et leurs hoirs tiendront perpétuellement les droits sur cette pièce contre leur entretient, les dîmes (3 sols 4 derniers) et le cens (8 deniers) annuels, comme aucun terme n’est fixé en dehors des conditions de défrichement. La pièce est évidemment dans la seigneurie de Montreau, au lieu-dit Ruffin (Haut ou Bas?). La pièce tient d’une part à Jehan Charaud (probablement de Neuilly ou Fontenay), d’autre au seigneur Turquam, aboutissant à d’autres friches à Turquam (probablement la pièce qui suit à Prévost), et d’autre bout à Gillet et Jehan Lapie. Le beau-frère Gillet Prévost époux de Jeanne Préaux est aussi présent et imite Jacquet Hervy. À la suite, le même jour et à la suite sur le même document, le seigneur lui baille à son propre arpent aux même conditions [Minutes du XVe, no 1666].
Stacks Image 12154

(Plan Pesier/Connat/Savard)

Le 24 mai 1496, Jacquet Hervy, laboureur à la Basse-bour du bois de Vincennes, loue pour 10 ans un demi arpent de terre à Montreuil, à Simon et Jean Nicolas, frères, selon un Bail [ANF Minutes du XVe, Et/XIX/n3008]. La somme de 8 sols parisis de rente semble très basse. Jacquet est peut-être autrement endetté envers les frères Nicolas. La lecture éventuelle de l'original nous renseignera d'avantage sur cet acte.
Le nom de sa femme, qu'il épouse probablement vers 1500, nous est toujours inconnu.
Jacques Hervy est décédé, comme sa femme inconnue, avant le Terrier du fief Décanal de 1537.
Le 25 mars 1556, son fils Jean Hervy laboureur à Montreuil déclare enfin ses pièces au Terrier du fief Décanal [ANF S/340/Rg1552], ce qu'il n'avait pas encore fait. La pièce à La Varenne qu'il déclare semble avoir été agrandie de pièces reprises de son beau-frère Jacques Pépin selon les mentions marginales des terriers antérieurs, possiblement comme tuteur des enfants de Jacques Pépin après 1549. Malgré cela, Jean Hervy déclare les tenir «de son propre advenu par la succession et trépas de feu Martin Hervy son aïeul». Il y a quelques ambiguïtés à cause de tutelles non précisés, mais jusqu'à preuve du contraire, l'épouse de Jacques Pépin et Jean Hervy semblent enfants de Jacques Hervy lui fils de Martin Hervy.
Sources primaires
Achives nationales de France, Minutier central des notaires de Paris.
Achives nationales de France, S 340, Papiers du fief Décanal (chapitre Notre-Dame de Paris) à Montreuil.

Sources secondaires
Archives Nationales, Notaires de Paris, Étude XIX, Minutes du XVe siècle (1475-1500), Documents du Minutier central des notaires de Paris, Claire Béchu, Florence Greffe et Isabelle Pébay,, 894 pages, 1993.
Connat, René, Le fief et domaine de Montreau, chapitre tiré d’un ouvrage en préparation sur les seigneuries, fiefs, censives et appartenances de Montreuil sous l’Ancien Régime, 201_, communiqué le 14 mai 2011.
Connat, René, Re: 1491 les gardiens de vignes de Rosny et les gens Mr Turquam, communication du 14 mai 2011.
Pesier, Sabine, Un village d'Ile-de-France au XIVe et XVe siècles : Montreuil-sous-Bois, Paris, (novembre 1994), 113 pages.

Contributions
Annie Gaillandre, Paris (reproduction de documents ciblés).
René Connat.

Recherches: Denis J. Savard, 22.5.2011
TOP