M: vers 1578

250. Roger PRÉAUX
(...)

laboureur à Montreuil
  • ca 1450 n Montreuil.

texte.

Enfants:
  1. ___ (fille) PRÉAUX o app. 1481 Montreuil; m vers 1502 GUILLAUME LAISIER.
  2. ROGER PRÉAUX o app. 1483 Montreuil (sous réserves).
  3. CHARLES PRÉAUX o vers 1485; s 4.3.1558 «fils de Roger».
  4. GILLES PRÉAUX l'aîné o app. 1487 Montreuil (sous réserves).
Selon ma reconstitution de la population en cours sur le village de Montreuil au XVIe siècle et des environs, de nouveau documents trouvé sur Fontenay-sous-Bois (94), montrent Guillaume Laisier s'est d'abord marié à une fille de Roger Préaux, avant son deuxième mariage à Marguerite Geoffrion.

Roger Préaux semble né vers 1450-1455, vraisemblablement à Montreuil.

Comme ce patronyme est rare à Fontenay où il tient des terres, on peut penser que son épouse toujours inconnue est de ce village limitrophe à Montreuil.
Notre est surtout cité de façon posthume, mais on le retrouve à payer de cens de pour sa pièce de terre au Registre des recettes de l'Abbaye St-Victor à Fontenay, en 1528 [ANF S/2178B/Cs1496-1544]. On n'y précise généralement pas l'étendue des pièces, mais que la somme dûe et des arrérages (sommes non payés pour les années précédentes. Le cens est un somme relativement petite, mais le total représente un revenu assez intéressant pour les seigneurs. Contrairement à la taille qui peut être beaucoup plus imposante.
Stacks Image 12658
Ici en 1528, Roger Préaux n'a pas payé le cens depuis sept ans. La pièce semble relativement grande (demi ou un plein arpent?), car le cens est fixé à 15 deniers par an. Le abbés indiquent dans le registre que Roger doit pour les sept années 8 sous et 9 deniers. Roger n'a pas assez d'argent sonnant en sa possession, car ils indiquent aussi qu'il n'a payé que 7 sous 9 deniers, et il doit toujours 12 deniers. Le paysan de l'époque gagne environ 4 sous par jour en moyenne. La pièce en question fera parti du leg à ses petits-enfants Laisier, par le bians de sa feue fille épouse de Guillaume Laisier.

Est-il un fils de Jean Préaux qui tenait aussi des terres à Fontenay vers 1460, marié dans une famille de chandeliers de suif de Paris? Il est encore trop tôt pour s'avancer mais c'est une piste intéressante.
Recherches: Denis J. Savard, octobre 2012
TOP