M: vers 1488

120. Pierre PÉPIN dit Perrault
(...)

laboureur de la basse cour de Vincennes
  • ca 1460 n Vincennes.
  • apr 1516 d Basse cour.
121. Jeanne LESUR
(Adam & Jacquette __)
  • ca 1463 n Montreuil.
  • apr 22.12.1495 d Montreuil.
Enfants :

1.
JEANNE PÉPIN o app. 1493 Basse-cour de Vincennes [Gilles Lemaistre partage le quartier au Perruchet avec Jacques Pépin en 1522]; m GILLET LEMAISTRE.
2.
JACQUES PÉPIN o app. 1495 Basse-cour de Vincennes [Jacques vend son demi quartier du Perruchet à Lemaistre en 1542]; m __ HERVY.
Stacks Image 11964
On ne connaît ni la naissance ni la filiation de Pierre Pépin dit le jeune, laboureur de la Basse-cour du Bois de Vincennes. Cependant, il doit être né autours des années 1460 à Montreuil, à La Pissotte ou à la Basse-cour. Il sera connu comme «le jeune», ou encore «Perrault», tout au long de sa vie. Ces sobriquets évoluent souvent selon l’âge, mais ce n’est pas le cas de notre Pierre. Qui était le Pierre l’aîné sous-entendu? Impossible de s’avancer sans tomber dans les spéculation. L’homonymie étant fréquent entre les frères et soeurs, on ne peut pas s’avancer sans spéculer. Pourtant, selon la reconstitution des familles de Montreuil, un seul Pierre Pépin antérieur est connu, dans l’ouvrage de Sabine Pesier sur Montreuil. Il existe en 1487 un Pierre Pépin, maire et garde des terres du Temple. Il faudra exeminer les fonds de ce fief pour en apprendre plus.

Comme son frère Nicolas dit Colas Pépin, il épouse vers 1489 Jeanne LeSueur / LeSur, fille de Adenet Le Sueur & Jacquette. Il y a effectivement deux soeurs homonymes du même nom, qui épousent les deux frères Pépin. Les parents de Jeanne Le Sur sont connus, entre autre, par le partage de 1495 de sa mère Jacquette.

La famille Lesueur est l'ancienne forme du patronyme Le Sur. Au XVe siècle, le nom est écrit Lesueur. Au début du XVIe, on commence à voir plutôt Le Seur, puis finalement vers 1535 les scribes adoptent la forme Le Sur.
La première mention connu de Pierre Pépin le jeune laboureur est lors d'une Fondation de rente de Pierre Pépin envers Jean de La Varennes, du 26 avril 1490 [ANF S/3574/Hôtel Dieu]. La rente, rattaché à un quartier de vigne au Perrucher, est de 6 sols parisis annuelle et perpétuelle, mais rachetable pour la somme de six livres tournois. Cette rente sera perpétuée par ses enfants présumés, Jacques Pépin et Jeanne Pépin épouse de Gillet Lemaistre comme on l'a vu plus tôt. Ce texte est particulièrement difficile à traduire, car le langage est déjà différent de celui des greffiers du XVIe siècle. De La Varenne transportera plus tard cette rente à l'Hôtel Dieu, probablement par testament en 1500. Le document étudié conservé parmis les rentes de l'Hôtel Dieu de Montreuil dépendante de la Fabrique de l'église du lieu, est en fait une copie du 29 septembre 1500. Cette copie a probablement été rédigée lors du don de la rente par de La Varenne à l'Hôtel Dieu.
Le 22 décembre 1495, Pierre Pépin et Jeanne Lesueur sont cité au Partage [ANF MC-i/Et/XIX/n2707] de la succession de Jacquette, femme d’Adenet Lesueur, entre ses enfants. Suivre le lien (partage) pour cet acte détaillé dans Minutes du XVe siècle de l'étude XIX, Inventaire analytique (Minutier central des notaires de Paris).
Stacks Image 11987
Dans ce même volume, on apprend que le 25 janvier 1496, Pierre Pépin le jeune prend un pièce de vigne à Bail située à Vincennes, pour 12 sous parisis de rente envers Étienne Cordelle [ANF Minutes du XVe, Et/XIX/n2766]. Le résumé des Minutes n'indique ni la superficie, ni le lieu-dit où la pièce est assise:
Bail par Étienne Cordelle, huissier de la Sainte-Chapelle, à Pierre Pépin le jeune, laboureur à la basse-cour du bois de Vincennes, d’une pièce de vigne à Vincennes, moyennant 12 s.p. de rente. (Détérioré dans la partie droite)
Stacks Image 12004
Le 21 juin 1496, les héritiers Lesueur se partagent la maison ou manoir de la ferme St-Victor, que leur père tenait depuis 1457. Ce carton qui était en restauration en 2006 a depuis été remis en circulation. Comme les autres héritages de cette famille, le tout est partagé en trois part dont héritent les paires de frères et soeurs habituelles, à savoir le premier lot à Jean Thioust et sa femme et Adenet Lesueur; le deuxième à Baudet Lesueur et Thomas Lesueur; le troisième Nicolas Pépin et Pierre Pépin (frères) et leurs femmes (les deux Jeanne Lesueur homonymes). Leur soeur Jacquette, qui semble avoir touché son bien en douaire, est encore exclue. La propriété est composé de la « maison court granche estable bergerie colombier jardins et lieux ». Le notaire a d’abord voulu écrire «appelée la maison St-Victor», mais se révise et raye «maison». Les notes ajoutées en interligne, aussi en partie rayées, rend l’ordre incertain, et cette précision indéchiffrable. La bergerie, rareté à Montreuil, s’y trouvait dès 1457, mais le colombier a été ajouté depuis. Après le partage, Jean Thioust semble procéder au rachat des parts des autres héritiers. La notice dans les Minutes ne parle que de la transaction de Jean Thioust et de Thomas Lesueur héritiers de Adenet Lesueur [ANF Minutes du XVe, Et/XIX/n3055] qui, dans les faits, ne transigent entre eux que dans la deuxième partie du document. Thioust à cause de sa femme transporte alors une maison de la rue « devant le moustier » (Rues aux Ours, auj. Rue Franklin), deux pièces de bois, une d’un demi arpent et l’autre de 30 perches en la censive St-Antoine, et des droits de succession, contre 40 £ et les droits de la part d’héritage de Thomas, implicitement sa sixième partie du manoir hérité (comme Beaudet n’est pas mentionné). La maison rue sous le moustier et les terres à bois proviennent aussi du patrimoine Lesueur. L’acte précise que ces derniers héritages ont été légués séparément par la veuve (Jacquette), peut-être lors du partage de décembre 1495 toujours en restauration. Dans la première partie, on parle de la défunte, et pourtant, on indique en deuxième partie qu’elle demeure de présent dans cette même maison du village plutôt qu’à la ferme. Dont-on comprendre par là «jusqu’à son récent trépas»?
Stacks Image 12017
Après le partage - qui selon la coutume est tiré arbitrairement après avoir diviser les terres en parts égales - les enfants s'échangent des pièces pour des raisons que l'on peut imaginer pratiques. C'est ce que fait Pierre Pépin le jeune le 16 décembre 1496 avec son beau-frère Adenet Lesueur. Pierre cède à son beau frère un quartier de terre sis devant L'Aulnaie Saint-Victor dans la censive de l'Abbaye du nom, en Échange d'un quartier de terre au lieu dit Le Val, dans la censive de Jacques Chevalier seigneur de Saint Victor [ANF Minutes du XVe, Et/XIX.11]. Cet acte difficile à lire ne donne pas beaucoup plus de renseignements, et relativement court, simplifié du fait qu'ils ne  sont chargés que du cens aux seigneurs, et probablement exempt des lods et vente car c'est un échange d'héritage.
Stacks Image 12030
Le 14 juillet 1497, Pierre Pépin laboureur à la basse cour du bois de Vincennes, et Jeanne sa femme et Nicolas Pépin laboureur en ce lieu, et Jeanne(?) sa femme, passent un Partage (lire échange) de maisons et plusieurs pièces de terres à Montreuil. [ANF/MC/Et/XIX/12]. Les deux Pépin, peut-être parents, s’échangent des héritages Lesueurs par leur mariage aux soeurs homonymes Jeanne Lesueur (LeSur moderne) filles de Adenet Lesueur & Jeanne sa femme. Il est fréquent après un partage, quand la poussière est retombée, d’échanger des pièces avec ses cohéritiers, question de réunir des pièces depuis divisées. Outre le dénombrement des pièces, et la mention en marge du nom de la femme d’Adenet Lesueur, Jacquette toujours sans patronyme, le résumé de l’acte tel qu'il apparaît dans les Minutes indique le reste. Les deux Pépin, dont j'ignore encore la parenté mais possiblement frères, ont mariés les soeurs homonymes, nommées pareillement Jeanne Lesueur.
Partage entre Pierre Pépin,, Nicolas Pépin,[sic], et sa femme, d’une maison et de terres à Montreuil que les épouses ont héritées de leur parents, Adenet Lesur et sa femme. [Minutes du XVe, n3660]
Le 19 août 1497, Pierre Pépin le jeune, laboureur en la basse-cour, et Nicolas Pépin passent à nouveau devant le notaire, lors d'un Échange [ANF/MC/Et/XIX/12]. Cette fois-ci, le résumé des Minutes ne laisse aucune ambiguïté sur la parenté des deux soeur Jeanne Lesur. Mais on ne précise pas plus si les deux Pépin sont parent, car l'on traite de l'héritage de leurs femmes. Le résumé des Minutes semble faire erreur sur les pièces échangées. Le résumé se lit ainsi: «Échange entre Nicolas Pépin, laboureur à Montreuil, et Jeanne Lesur, sa femme, d’une part, Pierre Pépin le jeune, laboureur en la basse-cour du bois de Vincennes, et Jeanne Lesur, sa femme, d’autre part, les deux épouses étant héritières d’Adenet Lesur, leur père décédé, et Jacquette sa femme d’un quartier de terre à Montreuil au lieu-dit le Val (Montreuil Jacques Chevalier), contre un arpent de terre à Montreuil sur les vignes de Noisy (St-Victor) [Minutes du XVe, n3709] Le lot de Nicolas Pépin comporte dans l’acte quatre arpents de prés en deux pièces à Nogent sur Marne (censive St-Victor), les deux pièces cités au résumé serait toutes deux du lot de Pierre Pépin, de qui est lpus raisonnable compte tenu des 4 arpent en échange.
Le 3 novembre 1497, Pierre Pépin le jeune passe un Bail à loyer de terres dépendantes de la ferme St-Victor moyennant la moitié des récoltes, et une place et provision pour ses chevaux à Etienne Beausse, laboureur de la Pissotte. [ANF/MC/Et/XIX/12; aux Minutes du XVe n3808]. Cette mention nous rassure une fois de plus sur l'identité de Pierre Pépin le jeune comme héritier en partie du bail de la Ferme St-Victor. Le preneur Etienne Beausse est-il parent de Marguerite Beausse m Nicolas Thubye? Rien ne le suppose dans l’acte. On évoque sans la nommer la femme de Pierre Pépin, détailqui a été négligé dans les Minutes, autrement complet. Le détail des pièces n’est pas précisé, mais Pierre Pépin semble bailler l’ensemble de sa part des terres de la ferme St-Victor dont il est responsable. On traite toujours du bail à ferme de 1457, dont les «fermiers» (ou tenant droits de bail, les hoirs de Adenet LeSueur dans ce cas) gèrent les terres au nom de l’abbaye.
Bail pour neuf ans par Pierre Pépin le jeune, laboureur au bois de Vincennes, à Étienne Beausse, laboureur à la Pissotte, de terres dépendant de la ferme Saint-Victor à Montreuil, moyennant la moitié des récoltes, un cent de gluis de paille, un quarteron de boteaux de foin et un emplacement pour ses chevaux.
Le 16 décembre 1497, la soeur homonyme de Jeanne, Jeanne Lesueur femme de Colas Pépin, passe une Ratification [ANF Minutes du XVe, Et/XIX/n3882] du partage, sûrement celui passé deux ans plus tôt. Le résumé cette fois précise que le partage traitait de 17 arpents. Voici le résumé des Minutes: Ratification par Jeanne, femme de Colas Pépin, du partage de dix-sept arpents de terre à Montreuil, entre Beaudet[,] Thomas, Adenet Lexus, Jean Thioust, Pierre et Colas Pépin, à cause de leur femmes [Minutes du XVe, n3882]. Le document nouvellement reproduit fait près de 8 pages. En fait le résumé des Minutes sous-estime grandement la superficie des terres partagées. Les 17 quartiers cités ne concernent que le premier de cinq ensemble à lotir. Au total, c’est près de 52 arpents qui sont partagés, qui semblent issus du bail à ferme de 1457. Texte abrégé:
[a) = d’un côté; b) = de l’autre; c) = aboutissant par en haut; d) = par en bas; a = arpent; q = quartier; p = perche]
  1. Partage de 17 arpents de terre à Montreuil, entre Beaudet, Thomas, Adenet Lexur [sic Lesur], et Jean Thioust, Pierre et Colas Pépin frères à cause de leur femmes; A Colas Pépin: 1.5 arpent à prendre su côté derrière les Boissières, 5 quartiers du côté de Montreuil d'une part et d'autre au lot de Pierre Pépin qui suit; A Pierre Pépin (2 a 3 q) ... [moisissures]; A Jean Thioust (m Marguerite LeSur) 2 a 3 q en deux pièces, l'une du côté du Boissières, l'autre à Montreuil jouxant Pierre Pépin d'un côté et à Adenet Lesur de l'autre; A Baudet Lesur: 2 a 3 q en 2 pièces, l'une du côté du Boissières, l'autre à Montreuil jouxant Jean Thioust d'un côté et Thomas LeSur de l'autre (qui suit); A Thomas Lesur: 2 a 3 q en 2 pièces, l'une derrière Boissières, l'autre à Montreuil jouxant à Baudet d'un côté et à Adenet LeSur de l'autre (qui suit); A Adenet Lesur: 2 a 3 q en 2 pièces, l'une derrière Boissières, l'autre à Montreuil jouxant à Baudet d'un côté et d'autre ... [moisissures];
  2. Partie en trois lot d'une pièce de 15 arpents à Montreuil a) Mathurin de laBarre b) Thomas de Gaigny c) Jean Thioust d) Ruelle Martine, un lot va à Baudet et Thomas Lesur, le deuxième à Nicolas et Pierre Pépin (troisième non précisé); Trois lots de 9 arpents de terre au lieu-dit la Boissière tenant a) chemin de Bondy b) audit héritiers c) Robin Lesur d) chemin de bondy, premier lot à Baudet & Thomas Lesur a) chemin de Bondy b) second lot tenu par Pierre et Colas Pepin frères ci-après déclarés, le second appartiendra auxdits Pierre et Colas Pépin et se prend du coste dud chemin de Bondy continuant le premier et d'autre coste au troisième lot, le troisième à Jean Thioust et Adenet LEsur a) chemin de Bondy b) Pierre et Colas Pépin ... [moisissures];
  3. Item une autre pièce de 3 arpents au lieu dit Les Courterabes(?) tenant a) mme l'abesse St-Antoine etc. b) maistre Pierre Addry(?) contenant chacun les trois lots 1 arpent ou plus, premier à Pierre et Colas Pépin du coste de Maddame labbe à l'autre du second lot, le second lot à Jean Thioust et Adenet Lesueur tenant a) 1er lot b) 3e lot à Thomas et Baudet Le Sueur, le troisième lot auxdits Thomas et Baudet le Sur tenant a) lad. abbesse b) 2e lot Adenet (Lesur) et Jean Thioust c) au chemin du marais de St-Victor au Moulin (chemin de St-Denis à St-Maur);
  4. Item une autre pièce de terre de 3 arpents à ML au lieu-dit Les Crefuis(?) tenant a) Pierre Pépin b) hoirs Thomas de Gaugny c) à lannoy(!) St-Victor d) ... [moisissures], le 1er lot à Pierre et Colas Pépin tenant a) hoirs? Guillemyn de Gaugny b) au 2e lot, 2e lot à Thomas et Baudet Lesur tenant a) 1er lot b) Pierre Pépin c) 3e lot à Jean Thioust et Adenet Lesueur, 3e lot tenant c) 1er ? 2e lot d) à l'annoy(!) de Sainct Victor; Item une pièce de 15 quartiers au terroir de Montreuil au lieu-dit La Fontaine Hanault tenant a) Pierre Pépin b) Baudet et Thomas Lesur c) sur Les Plantes contenant chacun desdits 3 (lots) 5 quartiers ou environ, 1er à Jean Thioust et Adenet Lesur tenant a) Thomas & Baudet Lesur ... [encre pâle] Pépin, le 2e lot à Pierre et Nicolas Pépin tenant a) 1er lot Thioust-A.Lesur b) 3e lot, le 3e lot à Thomas & Baudet Lesur tenant a) 2e lot b) aud. (Pierre) Pépin seul;
  5. Item une pièce de 7 quartiers à Montreuil lieu-dit La Fontaine Hanault tenant a) hoirs +Jean Chauvin b) auxd. Baudet & Thomas Lesur, parti en 6 lots de chacun 30 perches ou environ, le 1er à Baudet Lesur à prendre coste desd. hoirs Chauvin tenant a) hois Chauvin b) 2e lot, 2e lot à Nicolas Pépin tenant a) 1er lot b) 3e lot, 3e lots à Jean Thioust tenant a) 2e lot b) ... [encre pâle, 4e lot?], 4e lot à Thomas Lesur tenant a) 3e lot b) 5e lot, 5e lot à Adenet Lesur tenant a) 4e lot b) 6e lot, 6e lot à Pierre Pépin tenant a) 5e lot b) Thomas et Baudet Lesur; est baillé par lesdits cinquième lots ci-devant trois pieds de terre, à prendre tout au long dudit 6e lot, sur la totalité desdits 5e lots, à la charge d'y faire un fossé pour le clore et faire closture et separer led sixième lot desd cinquèmes lots. [ANF/MC/Et/XIX/12/photoAG].
Pierre Pépin est surnommé Perrault Pépin le 9 avril 1516, quand Marguerite de La Varenne, fille de feu Jean de La Varenne, effectue un Délaissement de rente au profit de l'Hôtel Dieu de Montreuil. Pierre ou Perrault est nommé car il s'agit d'un tiers de la rente de 20 sols Parisis qu'il avait constitué de feu Jean de La Varenne en 1490. Cette rente nous permet de suivre les héritiers Pépin grâce au quartier de vignes au Perruchet. Marguerite de La Varenne effectue ce don «pour les réparations et affaires de l'Hôtel Dieu».
Collaboration:
Annie Gaillandre (reproduction de documents).
Recherches: Denis J. Savard, octobre 2012
TOP