M: vers 1652 Montreuil

2. Gaston GUAY
(
Mathieu & Nicole ADAM)
vigneron à Montreuil, habitant laurentien
  • 4.9.1630 b Montreuil.
  • 6.1.1682 d Québec.
Stacks Image 27801
3. Jeanne PRÉVOST
(Nicolas & Claudia MASSON)
  • 24.9.1632 b Montreuil.
  • 26.4.1699 d Québec.

texte.
Enfants:

  1. MATHIEU CASTONGUAY b 12 novembre 1654 Montreuil (pr Mathieu Guay (grand-père), mr Guillemette Robineau); m 21.1.1681 Québec Thérèse POIRIER.
  2. NICOLAS GUAY b 21.3.1656 Montreuil (pr Nicolas Porcelot de Bagnolet, mr Geneviève Crocher bourgeoise de Paris).
  3. ELIZABETH GUAY n 8.1.658 Montreuil (pr Thomas Prévost, mr Elizabeth Guay).
  4. MARGUERITE GUAY n vers 1662 Montreuil; m 1679 Noël LEVASSEUR.
  5. FRANÇOIS GASTONGUAY n vers 1663 Montreuil; m 10 novembre 1687 Québec Anne-Madeleine LARCHEVÊQUE; s 12.12.1687 Québec
  6. JEAN-BAPTISTE GUAY vers 1669 Montreuil; 12 ans au rec. 1681 Québec; m ct (Genaple) 17 juin 1691 Agnès SIMON.
  7. CHARLES GUAY n 7.3.1673 Québec (pr Philippe Gauthier, mr Geneviève Macart); inconnu après 1692.
Gaston Guay est l'un des derniers du contingent des Montreuillois qui décide de partir en Nouvelle-France vers 1670, suivant les traces de l'oncle de sa femme Martin Prévost (1639), du cousin de sa femme Nicolas Durant (vers 1659), Simon Savart (1662) et sa famille (1663).
Stacks Image 28065
Gaston Guay qui deviendra vigneron, est baptisé le 4 septembre 1630 à Montreuil, fils de Mathieu Guay & Nicole Adam . Bien que l'acte le nomme Le Guet, on les retrouve plus souvent ailleurs sous Guay ou encore Guait.
Stacks Image 28078
Jeanne Prévost, baptisée le 24 septembre 1632 à Montreuil, fille de Nicolas Prévost & Claude Masson.
Le 15 juin 1653, Gaston (Guet) est cité avec son père Mathieu alors qu'il font une Constitution de rente à Jean Savart fils d'Antoine. L'acte est fait en présence de Claude Guay vigneron, que l'on connaît être son frère aîné. On ne précise pas le lien de relation avec ce Jean Savart fs Antoine.
Stacks Image 28101
Gaston Guay est cité et signe le 10 août 1653 lors du Délaissement [Étude CXXXI] par sa belle-mère Claude Masson veuve de Nicolas Prévost à Gaston Guet et Jeanne Prévost sa femme, Thomas et Jean Prévost enfants.
Stacks Image 28114
On lit sur cet acte: "Furent présents en leur personne Claude Masson veuve de feu Nicolas Prévost fils Pierre, vivant vigneron demeurant à Montreuil sur le Bois de Vincennes. Elle délaisse au jour de maintenant à Gaston Guet son gendre aussi vigneron demeurant au dit lieu et Jeanne Prévost sa femme, à Marguerite Prévost sa fille et soeur émancipée d'âge, à Jean Prévost, laboureur vigneron à Bagnolet (frère de Nicolas), subrogé tuteur de Thomas mineur; Jean aussi mineur."
Stacks Image 28122
On demande aux témoins de faire leur marque à deux reprises sur cet acte de quatre pages, avant de finalement signer au mas de l'acte. On trouve donc la première marque en marge de la deuxième page, et la deuxième au bas de la troisième page (dans l'ordre ci-contre) et la signature de Gaston avec les autres témoins à la fin de l'acte.
Gaston Guay vigneron de Montreuil est le sujet d'une Constitution de Rente le 23 décembre 1655, selon le traité de 1664 passé plus tard par sa mère [ANF S/3573 cité 1664]. On ne spécifie pas la nature de cette rente, mais comme elle est daté de peu après le mariage de Gaston, on peut penser que c'est soit un héritage reçu de sa belle-mère Claudia Masson, mais plus c'est probable qu'il emprunte 100 £ de sa mère. Dans ce cas, il doit payer à sa mère 6 livres 13 sols et 4 deniers tournois jusqu'au rachat. Cette rente aurait été déjà l'objet d'un don envers la Fabrique de Montreuil par les aïeux, fait que semblent ignorer les héritiers, car il perçoivent toujours les rentes en questions.
Stacks Image 28140
Comme on le mentionne sur la page de ses parents, Gaston Guay signe aussi dans l'acte de mariage de son père Mathieu Guay qui, devenu veuf, convole en secondes noces le 13 novembre 1657 à Montreuil, Agnès Robineau, veuve de Phillippe Brosse. Les témoins signent exceptionnellement pour une courte période dans les registres de l'église St-Pierre St-Paul de Montreuil à cette époque.
Stacks Image 28153
Le 15 décembre 1660, Gaston Guay et sa femme Jeanne Prévost assisant à la rédaction du Délaissement par Claudia Masson de la maison, au frère de Jeanne, Thomas Prévost.
Stacks Image 28166
Encore ici, il appose sa signature au contrat, ainsi que son paraphe en cinquième page. Voir le lien pour les détails de ce délaissement par la mère de Jeanne Prévost.
Stacks Image 28174
Gaston est appelé à assister comme témoin lors de la rédaction d'une Obligation par Roch Héricourt vigneron de La Pissotte envers Nicolas Fanin marchand du même lieu, le 16 décembre 1660 chez le notaire de Montreuil. Le vigneron emprunte au marchand la somme de 23 livres tournois. Gaston Guay appose sa signature au bas du contrat.
Stacks Image 28187
Le 20 décembre 1660, Gaston Guay vigneron est encore présent lors du Délaissement par Denis Thioust l'aîné fils de Pierre, qui ne pouvant plus travailler de par son âge avancé, délaisse tous ses biens à ses enfants qui prendront en charge leur père. C'est en examinant les signatures des documents de l'étude qui a permi de repérer ces mentions de Gaston Guay, somme dans les actes qui suivent, où il n'est pas non plus directement impliqué. Comme quoi il devient un Coq du village parmi les paysans.
Stacks Image 28200
Gaston Guay vigneron est appelé encore comme témoin dans l'Accord du 6 décembre 1662 d'entre Claude Vitry fils de Denis et Marguerite Charton, dans une cause judiciaire où Vitry a été emprisonné. Le texte difficile à déchiffrer à cause de l'écriture, mais Claude Vitry semble porter atteinte à la personne de Marguerite Charton. L'accord traite du dédommagement que Vitry doit payer à Marguerite Charton. Le rédacteur mentionne donc Gaston Guay à la fin du texte à titre de témoin de l'accord, et l'ancêtre appose sa signature toujours reconnaissable.
Stacks Image 28213
Gaston Guay, vigneron, est encore appelé comme témoin pour la rédaction d'une Quittance le 27 février 1663, qui implique les frères Jean et Paul Desgretz, héritiers de feu Nicolas Desgretz, envers Martin Savart vigneron, pour des travaux sur leurs vignes. Gaston Guay n'y assiste comme témoin, donc ces faits n'apporte rien à l'histoire de la famille Guay. Par contre, le document affiche un nouvel exemple de la signature de l'ancêtre.
Stacks Image 28226
Le 25 avril 1663, Gaston Guiet et sa femme passent une Obligation envers Nicolas Syon qui parle comme tuteur des enfants mineurs de François de Saint-Omer & Perrette Vitry, pour la somme de 107 £ 11 sols tournois. On précise que c'est la somme restante de huit vingt une (161) livres pour des marchandises reçues, dont une vache laitière et marchandise de viande de boucherie que devait Gaston Guay au défunt François de Saint-Omer. La famille de Saint-Omer tient une boucherie qui donne sur le carrefour devant l'église, qui à l'époque comptait comme voisin de chaque côté les ancêtres de Marie Hourd'Houille, matriarche des Savard canadiens. La somme est considérable. L'addition doit compter des années d'achat à crédit de viande chez le boucher. Le tuteur fait les comptes du boucher trépassé, et Gaston semble avoir payer au créancier avant la rédaction du contrat la différence de 53 £ 9 sols. Le notaire Claude Poirée semble préférer la graphie Gaston Guiet alors que Gaston lui-même signe toujours Gaston Guay avec son paraphe qui peu ressembler à un arpent divisé en quartiers.
Le 11 février 1664, Thomas Vitry, vigneron de Montreuil est cité pour une Reconnaissance de terre, «au lieu de Gaston Guay», au Terrier de la censive St-Lazare à Montreuil [ANF S/6737]. Cette mention est plutôt surprenante, car Gaston Guay et sa famille sont toujours à Montreuil à cette date. Peut-être que la famille prépare déjà son départ pour le Canada en liquidant leurs bien immeubles? Car c'est plutôt rare qu'un vigneron délaisse des vignes quant il est encore en mesure de les travailler. Contrairement au reste de ce terrier qui est particulièrement précis, cette mention est plutôt dénudée de détails. On ne précise pas la raison du changement de propriétaire.
Stacks Image 28249
La famille quitte pour le Canada vers 1671.
La famille habite à St-François près de Québec. Le 20 novembre 1675, leur fille Marguerite passe un contrat de mariage avec Michel Lecour, mais ce mariage n'aura vraisemblablement pas lieu [PRDH]. Martin Prévost, [grand-]oncle de Marguerite, assiste à la rédaction du contrat. Le contrat est annulé le 4 février 1676.
La famille est retournée demeurer à Québec quand Marguerite épouse Noël Levasseur en novembre 1679.
Gaston Guay décède le 6 janvier 1682 à Québec, «en sa maison» écrit le prêtre Henri de Bernières.
Jeanne Prévost décède plusieurs années plus tard, et est mise en terre le 26 avril 1699 à Québec.
Recherches (reconstitution des familles de Montreuil 16e s.):
Denis J. Savard, octobre 2006-2008, 2015
TOP