M: vers 1450

242. Adam dit Adenet LeSUR
(...)

fermier de St-Victor à Montreuil
  • ca 1424 n Montreuil.
  • av 24.3.1479 d Montreuil.
243. Jacquette ___
(...)
  • ca 1427 n Montreuil.
  • apr 21.6.1496 d Montreuil.

M: vers 1472

242. Jean PERRICHART
(...)

laboureur de Montreuil et Fontenay
  • ca 1410 n Montreuil.
Enfants:

Enfants LeSur avec Jacquette:
  1. BAUDET LE SUR n app 1452 Montreuil [Cité 22.12.1495. Exécuteur testamentaire de sa mère le 10.6.1496]; m épouse inconnue; enfants: Perrette m Robert Thioust, Michel m Claudia Savart et Jean l'ainé (présumé).
  2. THOMAS LE SUR (ancêtre Gaston Guay) n app 1454 Montreuil; m COLETTE MINART.
  3. ADENET dit adam LE SUR n app 1456 Montreuil [Cité 22.12.1495; frère de Jeanne 16.12.1496]; m Paquette Duc/Leduc.
  4. MARGUERITE LESEUR n app 1458 MontreuilCité 22.12.1495.m Jean Thioust le moyen.
  5. JEANNE LE SUEUR (ancêtre Marie Hordouille) n app 1460 Montreuil [citée 22.12.1495]; m PIERRE PÉPIN le jeune.
  6. JEANNE LE SUEUR n app 1462 Montreuil [citée 22.12.1495]; m Nicolas dit Colas Pépin.
  7. JACQUETTE LESUEUR n app 1464 Montreuil [citée 22.12.1495]; m Pierre de Vitry

Enfants Périchart avec Jacquette:
  1. PERRETTE PÉRICHART n app 1475 Montreuil [Louis Perichart présumé fils du m1 de Jean Périchart est tuteur de Perrette Lesueur fille de Jacquette en 1595].
Adenet Le Sueur laboureur fermier de Montreuil et sa femme Jacquette sont cités souvent dans les texte anciens. Malgré cela, on n'indique jamais le patronyme de Jacquette. C'est d'ailleurs courant dans les documents du XVe.
Ils sont probablement nés entre le premier et le deuxième quart du siècle, soit vers 1425.
Stacks Image 12464
denet Lesur est un personnage important à Montreuil. Il est choisi  le 1er août 1457 comme fermier de l'Abbaye Saint-Victor à Montreuil, quand il prend le Bail de la ferme de Montreuil [ANF S/2139/1.6]. À cette époque, le terme de fermier avait une signification fort différente d'aujourd'hui. Le fermier de l'époque était choisi par les seigneurs pour gérer les affaires temporelles de grandes superficies terres de la seigneurie, qu'il tient en viagé. C'est-à-dire qu'il peut les léguer à ses enfants, mais ne peut pas les vendre à autrui. Quand un descendant vend ses pièces, si ce n'est pas à ses co-héritiers, c'est obligatoirement aux seigneurs, pour une somme assez dérisoire en comparant aux pièces tenues en propre.
Stacks Image 12492
En plus des 74 arpents ou environ qu'il reçoit avec ce bail, il jouit aussi du corps d'hôtel, de la grange dite St-Victor, d'une bergegerie, un jardin de 5 quartiers, un autre jardin clos de murs devant l'hôtel avec une variété d'arbre et une fosse à poissons, et enfin 4 arpent de pré à Nogent-sur-Marne (94)  aux «Prairies St-Victor»*. On précise que le bail ne comprend pas les «vignes Obicés» à l'ouest de Montreuil, pièce vue ailleurs appartenant à une lignée de Andry (André) procureurs au parlement de Paris qui tiennent au hôtel devant l'église de Montreuil.** Pour le bail, Adenet et se héritiers doivent payer 10 livres parisis de croix de cens annuels. Adenet doit selon ce bail s'occuper aussi de tous les édifices dépendant de l'abbaye, et on précise qu'il doit par exemple remplacer les toîts de chaume par de la tuile, de planter des jardins, arbres et plusieurs plantes, etc. S'ils construisent de nouveaux édifices, ils ne sont pas tenu de les couvrir de tuile, afin de ne pas décourager l'expension du domaine. Le corps d'hôtel qu'il tient sera aussi le lieu de l'office de la justice des religieux de Saint-Victor. C'est donc sous son toît que les audiences en justice de la seigneurie sera menée. Il devra aussi héberger dans l'hôtel les visiteurs des abbés qui sont venus de loin. La condition «à viagé» des terres semble disparaître après la troisième génération (trois vies), car Renaud Pépin arrière petit-fils tiendra sa portion «en propre». Un quartier de terre de ce bail est même parvenu jusqu'à Marie Hordouille avant que Simon Savart tente de la vendre en 1658 avant d'être sujet d'un retrait lignager. La transcription intégrale du parchemin signé Lemoine et Godin, et qui fait environ 170cm x 80cm, sera effectuée au cours des prochains jours, et sera présentée avec les détails manqués lors de la première lecture. (La photo de la lettrine ci-dessus vient du parchemin en question: «À tous ceulx qui ces présentes lettres verront (...)»).
* Selon un document lu dans ce même carton, les «Prairies St-Victor» à Nogent sont parvenues au abbés de St-Victor comme dédommagement, en raison des «pertes souffertes par les grandes eaux» lors de la construction d'un moulin à Corbeil, par les religieux de St-Pierre-lèz-Fossés (devenu St-Maur), en 1200.
** Cet hôtel  dans lequel coule le ruisseau qui va au château de Vincennes parviendra par héritage à Nicolas Vitry dit Capitaine + vers 1684.
Le 8 juillet 1458, Adenet Lesur et sa femme passent un nouveau Bail à loyer pour quatre arpents de vignes. Ce bail n'a pas été conservé dans les papiers de l'abbaye concernant la ferme, mais est cité beaucoup plus tard dans une sentence du 20 septembre 1527 contre ses petits-enfants, quand les religieux veulent lier cette pièce au bail à vie de la ferme St-Victor [cité dans AN/S/2139/1.6 le 29.3.1480]. On ne précise pas où cette pièce est située.
Stacks Image 12510
Adenet Lesueur est ensuite inscrit au Registres des cens de la seigneurie de l'abbaye St-Victor à Fontenay-sous-Bois pour l'année 1462 [ANF S/2141/6.4/Rg1481]. En plus des 4 arpents de pré qu'il y tient déjà lié à la ferme de Montreuil, Adenet tient aussi en propre, du moins pour un moment, un quartier à Fontenay pour lequel il a paye ici 6 deniers de cens. Le nom de Colin de Vitry est inscrit au dessus du nom de Adenet, ce qui indique normalement un successeur. Colin Vitry a probablement acheté cette pièce de Adenet Lesueur après cette date. A la notice de Guyot Vitry qui précède celle-ci et pour la même année, il indique que sa propre pièce et voisine d'un côté de la veuve Adenet Lesueur. Adenet est-il déjà décédé? Adenet semble encore vivant en 1462 car ce registres est confectionné en fait en 1481, et couvre une période d'environ vingt ans. Quand le rédacteur cite les confront pour ces notices, il semble mettre à jour les informations sur les confronts (pièces voisines) en leurs successeurs. D'ailleurs, la mention Colin Vitry en exposant au dessus du nom de Adenet Lesueur est rédigé de la même main en même temps que la mention elle-même.
Adenet Le Seur décède vers 1470.
Jacquette épouse en seconde noces Jean Périchart vers 1472.
Stacks Image 12563
Le 29 mars 1480, les Religieux prieurs du couvent des Bons Hommes du Bois de Vincennes veulent percevoir le tiers de la dîme qui leu est due sur la grange et terres de la ferme Saint Victor, que tient Jacquette et son deuxième mari Jean Périchart. La grange dîmeresse dont parle Sabine Pesier dans son mémoire «Un village d'Ile-de-France au XIVe et XVe siècle: Montreuil-sous-Bois» [Pesier, p.102], sous les possessions des Bons Hommes, semble plutôt être la même que la grange de Saint-Victor, sur laquels les Bons Hommes ont effectivement droit du tiers de la dîme selon cette Sentence [ANF S/2139/1.6]. Les Bons Hommes réclament ce tiers de dîme sur 51 arpents dépendants de la grange, ou de la ferme, et déposent une requête contre Jean Périchart, sa femme Jacquette, et les Religieux Saint-Victor. Qu'en est-il des 23 arpents supplémentaires? Certaines pièces ont peut-être été déjà cédées aux enfants mariés. Devant la question contencieuse, c'est le Roi lui même qui dois intervenir pour trancher: «la main du Roy notre seigneur que comme souveraine avait été mise et apposée en la chose». Louis XI reconnaît cet ancien droit de dîmes aux Bons Hommes. Cette cause traine déjà depuis au moins deux ans.
Jacquette décède peu avant la fin de 1495.
Le 22 décembre 1495, comme Adenet et sa femme sont décédés, les héritiers procèdent au Partage de la succession. Cet acte détaillé dans Minutes du XVe siècle de l'étude XIX, Inventaire analytique (Minutier central des notaires de Paris, Archives Nationales, 1993) [ANF Minutes du XVe, Et/XIX]. Voici la notice [no2707] textuelle tiré de ce tome:
«Partage de la succession de Jacquette, femme d’Adenet Lesueur, entre ses enfants, Baudet, Thomas, Adenet Lesueur, Jean Thioust et Marguerite Lesueur, sa femme, Pierre Pépin le jeune et Jeanne Lesueur, sa femme, Colas Pépin et Jeanne Lesueur, sa femme, Pierre de Victry et Jacquette Lesueur, sa femme, et Louis Perrichat, tuteur de sa fille, Perrette Perrichart, tous habitants de Montreuil. (En double exemplaire) À la suite : 1496 (n.st.), 12 mars. (...)
Les détails de la succession, comme le patrimoine n'est pas précisé dans cet ouvrage, mais il s'agit des terres et de l'hôtel, grange, bergerie, etc. de la ferme Saint-Victor. Bien que le relevé ne le précise pas, tout semble indiquer que Jacquette et Adenet sont tous deux trépassés lors du partage. Nous tâcherons d'examiner l'original de cet acte pour en connaître davantage.
Le 12 mars 1496, certains des héritiers optent pour vendre leur part de maison, présumément le manoir de la ferme, à Jean Périchart le veuf de leur mère. Toujours selon les Minutes du XVe [ANF Minutes du XVe, Et/XIX/n2707b], voici le résumé de cet acte.
Vente par Baudet, Thomas, Adenet, Marguerite et Jeanne Lesueur femme de Colas Pépin, à Jean Perrichat, de leur part d’une maison à Montreuil moyennant 8 l. 15 s.t.
Le collègue Christian Minot a vérifié pour cet acte au minutier central, mais ce carton est indiqué en mauvais état. il faudra donc attendre d'avoir une permission spéciale pour le consulter.
Le 10 décembre 1496, Jean Périchard, veuf de Jacquette, et Baudet Lesur le fils de cette dernière, comme exécuteurs du testament de Jacquette, passe une Fondation envers la fabrique de l'église de Montreuil, pour faire dire une messe au jour anniversaire de sa mort. Jacquette dans son testament a légué 8 sous parisis de rente à cet effet. Cette constitution de rente citée les Minutes du XVe [n3271], a été retrouvée chez le notaire, mais pas dans les papiers de la fabrique. Le document précise que la rente est appliquée à la maison devant l’église (ailleurs Rue devant le Moustier), où demeure toujours Jean Perrichart. On précise aussi que la rente est de 76 deniers pour la messe perpétuelle, puis 4 deniers pour une messe basse. [AnF/MC/Et/XIX/11].

Plusieurs documents concernent la succession de Adenet Le Sur. Ceux qui concernent Pierre Pépin & Jeanne Le Sur, puis de Thomas Lesur et Colette seront détaillés là. Le tableaux ci-dessous relève l'ensemble des documents relatifs à la succession (à compléter).

Actes concernant la succession:
- 22.12.1495 (décrit ci-dessus); n/d. [Minutes du XVe, AN/MC-i/Et/XIX/n2707a]
-
12.3.1496 (n.st.)Vente par Baudet, Thomas, Adenet, Marguerite et Jeanne Lesueur femme de Colas Pépin, à Jean Perrichat, de leur part d’une maison à Montreuil moyennant 8 l. 15 s.t. Parts de maison à Montreuil. [Minutes du XVe, AN/MC-i/Et/XIX/n2707b]
-
21.6.1496 Partage de la succession d’Adenet Lesueur, laboureur à Montreuil, et de sa femme, et transport de leurs droits à cette succession, par Jean Thioust et Marguerite Lesueur, sa femme, en faveur de Thomas Lesueur, moyennant 50l.t.Droits de succession. [Minutes du XVe, AN/MC-i/Et/XIX/n3055]
-
10.12.1496 Fondation de rente par Jean Perrichard et Baudet Lesueur, léguée par feue Jacquette. Messe requiem à l'anniversaire ddu décès de Jacquette. [Minutes du XVe, AN/MC-i/Et/XIX/n3271]
-
16.12.1496 Échange de chacun un quartier de terre entre Pierre Pépin le jeune et Adenet Lesueur. 1 quartier à l'aulnaie St-Victor contre un autre à Le Val. [ANF MC/Et/XIX.11]
-
14.7.1497 Partage entre Pierre Pépin, laboureur à la basse cour du bois de Vincennes, et sa femme, Nicolas Pépin, laboureur en ce lieu[sic], et sa femme, d’une maison et de terres à Montreuil que les épouses ont héritées de leur parents, Adenet Lesur et sa femme. Maison et terres. [Minutes du XVe, AN/MC-i/Et/XIX/n3660]
-
20.9.1527 Sentence Cour des requêtes contre les héritiers, pour lier 4 arpents de vignes baillés 8.7.1458 au Titre nouvel de la ferme ordonné. 4 arpent vignes à lier au domaine. [ANF S/2139/1.6]
-
24.8.1528 Titre nouvel de rente bail à viager pour 4.8£ des 10£, par 5 co-héritiers, Jean Thioust, Jacques Pépin, Perrette Lesur m Pierre Motule, Perrette Lesur m Robert Thioust, et les enfants de Adenet Lesur le jeune. Nombeuses pièces à calculer, 5 lots détaillés.  [ANF S/2139/1.6]
Sources:

Recherches: Denis J. Savard, 21.5.2011
TOP