Autres ajouts

bataille-cardinaux_1


La re-vérification des sources est fortuite encore une fois. Gabriel Chapel qui se déclare déjà navigant en 1763 à son mariage, alors que sa notice maritime ne commençait qu’en 1766. La vérification de Henri Yon (Bonne vacances!) dans les dossiers des novices vient combler cette lacune. Ce cousin remué de germain de l’ancêtre a donc, comme son frère, participé à la Guerre de Sept ans (Guerre de la Conquète au Canada/French Indian War aux É.-U.), pendant son service militaire dans la marine avec le Régiment de Dunkerque en 1763. Il poursuivra la pêche dès la paix revenue sur la pointe nord de Terre-Neuve où la France revendique toujours des droits de pêche. Au désarmement du Pierre Marie en 1765, le navire ne semble avoir été armé d’aucun canon.

Du côte de Les Cresnay (50152)

blog_20100829

Je cherche toujours le problème des liens...
Hier soir, j’ai revu et augmenté la page principale de
Jean CHAPEL, en ajoutant un section sur le lieu supposé d’habitat de notre immigrant. Comme je l’y indique, ce lieu-dit fait plutôt parti de la paroisse de Saint-Pierre de Les Cresnays (50152) voisin de Brécey.
Bien que la famille semble plutôt habituée à fréquenter St-Martin de Brécey quand vient le temps des sacrements, je me penche aujourd’hui du côté de Les Cresnays au cas où il ne s’y trouverais pas quelques actes perdus. Pour l’instant, ils brillent par leur absence.

CHAPAIS et la suite

brecey-moderne

La page de la généalogie de la famille CHAPEL est maintenant complétée ici. Il ne reste qu’à compléter les pages plus brèves des généalogies des familles MURIS LUCE et BRÉHIER. Les Muris, et surtout les Bréhier semblent très anciens dans la région puisque en plus d’être nombreux, il y a même des mariages Muris-Muris et Bréhier-Bréhier sans dispenses de parenté.

Pour la suite, je vais reprendre l’étude des familles affiliées LESCOUFLE, DAUPHIN, GUILLOUËT et BIGOT, puis amorcer la page de Aubin LeCouffe/LeGouffe. Cet immigrant gaspésien – ou déserteur selon la Marine – n’a laissé aucune trace à ma connaissance en Nouvelle France avant la mention de sa veuve au recensement DuCalvet de 1761. Ce sont les efforts acharnées des collaborateurs chez MIGRATIONS.FR, leurs dépouillements des rôles des navires en partance de Granville, et le zèle de Henri Yon (merci à tous!) qui viennent pallier aux lacunes de nos sources.

Et plus mystérieuse encore, son épouse Louise BOUDEAU, qui serait peut-être issue d’une famille métissée. Elle fera l’objet d’un prochain ancestroglogue, mais j’aimerais déjà lancer un appel à quelques descendants matrilinéaire (l’enfant d’une fille à une fille (...) à Louise Boudeau (et de Marie Boudeau m Jean Chicoine qu’on croit sa soeur), ou encore un coup de main à en retracer. Avec un simple test d’ADN mitocondrial, on pourra trancher si la mère des Boudeaux est Européenne ou Amérindienne comme le suggère
Victorin Mallet, un autre collaborateur de Migrations.fr

Les CHAPAIS - primeur

Comme je reprend des fouilles de toutes sortes, j’ai décidé d’enfin publier un petit blogue sans prétentions pour faire état des dernières découverte, ou simplement pour livrer mes états d’âmes sur les recherches en cours. J’espère en même temps offrir, avec des exemple, des pistes et des techniques de recherches aux néophytes de la généalogie.

Grande primeur, je viens de mettre en ligne un premier site parmi mes Normands marin-pêcheurs qui décident de s’établir en Nouvelle-France au début du XVIIe siècle. Les percées de côtés sontle fruit de l’effort d’équipe des collaborateurs du site
Migrations.fr qui ont complété le dépouillement des navires de Granville (port des morutiers normand) sur cette période, et au-delà.

On y découvre des carrières de matelots chez plusieurs ancêtres immigrants qui n’ont jamais fait l’objet d’études sérieuses. C’est donc tout un pan d’histoire qui s’ouvre à nous, car ces listes (et leurs sources complémentaires) explique dans nombreux cas quand, comment et pourquoi nos ancêtres ont décidés de s’établir en Canada. Donc je vous invite à découvrir l’ancêtre Jean CHAPEL (CHAPAIS), dont je suis à compléter la section généalogique.

Les chantiers se multiplient

Mon blogue
Ne désespérez point chers lecteurs, Montreuil reviendra dans mes priorités. Comme je me suis abonné à la collection des microfilms de registres paroissiaux de la Collection Drouin, je suis sur une grande tangente, soit une refonte numérique de ma généalogie.

Je trouve et découvre du coup de nouveaux ancêtres, et ouvre de nouvelles parenthèses pour des études de cas.

Je vois invite donc dans la nouvelle section de mon site, qui comporte(ra) de nouveaux immigrants à l'étude. Vive les archives numériques, et les collaborations France-Canada!

Et comme c'est la mode de l'heure, je tiendrai dorénavant un blogue sur le déroulement des recherches, etc.

http://savart.info/migrations devient donc le creuset des études d'ancêtres immigrants. Les nouveautés toutes confondues y seront dorénavant annoncés plutôt qu’ici. (NDLR janvier 2015: les pages sous le dossier migrations sont en transition vers le site général savart.info. Les familles étudiées devraient bientôt toutes se retrouver sur les onglets de navigation de base, suite à l'abandon du tisseur de toile iWeb par son producteur, dans lequel la section «migrations» a été élaboré.

Recherches

  • Mes Normands-marins-pêcheurs granvillais :
  • Jean CHAPEL dit CHAPAIS (de Brécey)
  • Jean Louis ANCTIL (de Ducey)
  • Aubin LESCOUFLE dit LeCOUFFE ou LEGOUFFE (de St-Pierre-Langers)
  • sur la piste de Jean CANUEL dit CANUET (de Ver)
  • sur la piste de Nicolas LeMIÈRE dit Courcy (de Curcy/Savigny)
  • sur la piste de Charles POITEVIN (de Sartilly)
  • sur la piste de Louise BOUDEAUX, métisse normando-micmaque? (descendants matrilinéaires recherchés!)
- Refonte numérique de ma généalogie agnatique.
- Reconstitution de la population de
Montreuil-sous-bois (Seine-Maritime - avant 1675).
TOP